Le camp des Rochilles

Je possède le SUV du 2 roues, alors autant lui faire mordre les cailloux. J’attaque fort, une rime dès la première ligne dites donc !

Donc direction l’un des plus hauts cols de France, le mythique col du Galibier. En redescendant vers la plus méridionale des communes de Savoie, Valloire, on croise une cabane vendant des produits locaux dont une bière refroidie à l’eau des glaciers, que je ne peux que vivement conseiller, voire chaudement recommander.

Bière locale galibier
Bière locale

Ça y est le bitume n’est plus : activation du mode enduro, décollage du fessier et on poursuit sur ce chemin.

Le début est parsemé de blocs de roches énormes, vu mon niveau incertain, mais qui s’avéreront juste n’être que de gros cailloux. Plus l’ascension reprend et le voyage devient roulant et agréable. On y croise des fabriques de pelote de laine, dites « moutons », des  citernes de lait sur pied, dites « vaches » et des pollueurs, dits « randonneurs » ;  je sens déjà les huées du public. Effectivement les moutons peuvent non seulement faire de la laine mais également de bonnes spécialités culinaires.

Puis au détour d’un virage, sur le coté droit, apparaît un drapeau tricolore, un camion Renault modéle GBC180, des baraquements en pierre, des tentes et des hommes tout en vert. Le voilà enfin, le camp militaire des Rochilles. J’ai même failli me mettre à chanter la Marseillaise, mais il aurait dommage que la pluie vienne se mettre au rapport.

Ouvrage des Rochilles
vue panoramique du col des Rochilles
Ouvrage des Rochilles
Camp des Rochilles
Le Galibier
il reste des tâches de neige

La route continue pour prendre de la hauteur et apercevoir les trois lacs permettant ainsi de délimiter la Savoie des Hautes-Alpes. C’est amusant de se rendre compte que, tout juste deux semaines auparavant, nous étions de l’autre coté de ce versant, sur cette route du bout du monde : la vallée de Névache.

Prendre le temps de se poser afin de procéder à la séance photo pour immortaliser cette autosatisfaction et pouvoir profiter du silence des montagnes, des cris des marmottes et des sons de haute montagne.

Voici le tracé de cette sortie.

 

Le Galibier

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *