Comme une envie de Beaufort…

Il y a des matins où j’ai des envies, et là j’en ai eu une et ce fut de Beaufort… non pas pour le célèbre produit laitier alpin mais pour les paysages du pays beaufortain.

La moto est prête, moi un peu moins mais après un bon café, me voilà également disposé à en prendre pleins les yeux.

Départ depuis la capitale des Alpes au soleil levant, pour prendre la direction de versant Est du massif de Belledonne et emprunter la vallée de l’Eau-d’Olle. L’ascension se caractérise au début par ses conifères de moyenne altitude sur plus de la moitié de la montée. Au sommet, on arrive au barrage hydroélectrique de type poids du lac de Grand’Maison, datant de la fin des année 1970. Celui-ci permet d’alimenter 9 % du parc hydroélectrique français (source Wikipédia) mais qui fait également une transition instantanée au point de vue paysage, où la forêt disparait au profit d’une plaine verdoyante.

balade moto beaufort la vallée de l'eau d'Olle la vallée de l’eau d’Olle

Le franchissement d’un pont enjambant le ruisseau « le Rieu Claret » permet de rallier la frontière et d’arriver au pays de Savoie.

Le Col du Glandon approche car apparait le chalet dans le paysage. En arrivant à ses cotés, on peut apercevoir des randonneurs y prenant des forces afin d’atteindre les différents sommets entourant le col. Ce dernier est ouvert de fin mai à fin octobre et permet de rejoindre soit la vallée de l’Oisans vers le nord de la vallée de la Maurienne, soit le col de la Croix de Fer qui permet, lui, d’accéder à Saint-Michel-de-Maurienne.

Moto col du Glandon Mémorial de la résistance du col du Glandon

Du sommet, une vue panoramique s’offre à nos yeux ébahis : le col de la croix de Fer au Sud-Est, les Aiguilles de l’Argentières au Nord-Ouest, et même le Sommet du toit de l’Europe, le Mont Blanc.

moto ol du Glandon Vue panoramique du col du Glandon
balade moto ride and dream mont blanc le Mont Blanc se laisse apercevoir du col du Glandon

L’appel du Beaufort est là, donc reprise de la route pour descendre vers la Chambre, pas la mienne mais celle des Savoyards. Cette route est magnifique en fin d’été. Et dire qu’en mai, il y avait encore des mètres de neige ! J’aime énormément cette route car elle est roulante, dépaysante, et loin d’être un autoroute à touristes avare de paysages. La descente vers la vallée laisse apercevoir le versant de Belledonne et le massif de la Maurienne au détour des épingles et autres virages. Le petit hameau de 1 170 habitants de La Chambre, situé à mi-chemin entre le col du Glandon et de la Madeleine, possède le climat le plus chaud et le plus ensoleillé de Savoie, en plein cœur de la vallée de la Maurienne.

Aussitôt traversé, j’attaque l’ascension vers le col de la Madeleine. Non pas celui portant le prénom de ma grand-mère, ni celui où l’on fabrique le petit gâteau traditionnel lorrain aux œufs mais bien celui reliant les vallées de la Maurienne et de la Tarentaise. Auparavant je m’octroye une pause à Saint François Longchamp pour aller voir mes amis restaurateurs, Christelle et Jean-Marc, qui tiennent un établissement « bistronomique » appelé le Slalom. Je les avais rencontrés en 2017 lors de la montée vers le col de la Croix de Fer : la moto de Jean-Marc avait un soucis d’embrayage, j’avais donc patienté avec eux jusqu’à l’arrivée de la dépanneuse. Cela m’avait permis de saliver en imaginant les plats et les desserts qu’ils proposaient sur leur carte. Aujourd’hui toutes ces saveurs sont devenues réelles et satisfont mes plus folles espérances. Je ne peux que conseiller cette adresse pour leur acceuil, leur cuisine mais également pour la terrasse dont la vue est magnifique.

restaurant le Slalom St François Longchamp, Ride and Dream moto le Slalom, restaurant Bistronomique de Christelle et Jean-Marc


Après cette heure passée en leur compagnie, reprise du périple. A quelques kilomètres de là, je prend la pause au Col de la Madeleine qui pour une fois n’est pas débordant de touristes. Ici se laisse apercevoir un panorama sur les deux vallées et sur les pâturages remplis de vaches profitant de la fin de l’été pour ruminer tranquillement les herbes alentours. Pour l’anecdote, l’altitude gravée dans la pierre est fausse, la voirie annonce 2000 mètres mais nous ne sommes qu’à 1993 mètres. Mon GPS quant à lui annonce 1996 métres. Cela veut surtout dire que le climat est vraiment rigoureux et que l’enrobé laissera place aux skieurs d’ici quelques semaines.

Moto col de la Madeleine Stèle du Col de la Madeleine
colde la Madeleine moto balade Au détour d’un virage
Panorama du Col de la Madeleine

La descente vers Bourg-Saint-Maurice se fait par la nationale afin d’arriver au plus vite vers le Beaufortain. Mais au détour d’un virage, je suis tombé sous le charme d’une Savoyarde, une pure souche : sa beauté, son regard, sa prestance et sa douceur auront eu un effet bœuf, je me suis autorisé à la toucher. Elle était si douce, si chaude et si attachante que je n’ai pas hésité à la photographier. Je lui ai demandé son prénom : elle n’a pas su me le dire. Mais une chose est sûre, ce fut un coup de cœur mutuel. Donc pour moi ce sera Ganache…

balade à moto Ride and Dream Ganache la vache Ganache, la plus belle des vaches

Cette relation, une fois immortalisée, me fait reprendre la route pour Bourg-Saint-Maurice,. On arrive à un carrefour à sens giratoire permettant d’aller soit sur le col de l’Iseran, soit sur le col du Petit Saint-Bernard ou de prendre la direction de Beaufort. Je prends donc à gauche pour entamer une nouvelle ascension. Les deux autres cols seront sujet à une prochaine balade mais pour aujourd’hui ce sera le Beaufort.

La montée est technique, au début avec une succession d’épingles entourées de la végétattion typique pour un altitude variant entre 900 et 1500 métres pour arriver sur une plaine creusée par un ancien glacier, celui des Grandes Aiguilles. On ne peut le rater car il est recouvert d’un magnifique manteau blanc éternel.

GPS Garmin Navigator balade moto La ligne est loin d’être droite pour arriver à Beaufort

Plus l’altitude augmente et plus la température diminue, chose relativement logique, mais plus le paysage sera somptueux. je sens arriver mon Graal du jour recherché dans le Beaufortain. Le Cormet de Roselend étant envahi de congénères motards me forçant à rendre impossible d’immortaliser ce lieu. Je continue la route pour arriver sur la face Est de l’un des plus beaux lieux de la Route des Grandes Alpes.

Le barrage de Roselend, construit vers la fin des années 1950 est réputé être le plus esthétique des barrages de Savoie. Sa construction a englouti la chapelle et le hameau de Roselend lors de la mise en eau du barrage le 6 mai 1960, une chapelle fut reconstruite à proximité de la route qui surplombe le lac.

Quel que soit l’endroit où l’on se trouve autour du lac, la magie du lieu opère. Les sommets avoisinants culminent à plus de 2800 mètres avec les différentes strates des roches autour se reflètent, tel un miroir, dans les eaux bleus du lac. La couleur de l’eau permet d’imaginer les différentes profondeurs, passant d’un bleu foncé à un bleu azur, tellement l’eau est pure et sans impuretés. Les alpages commencent à changer de couleur avec la fin de l’été, passant du vert printanier au roux automnal, rendent ce décor inimaginable et indescriptible.

balade moto Ride and Dream Cormet de roselend le lac de Roselend
vue panormaique cormet de roselend balade moto savoie beaufort Vue panoramique du lac de Roselend

Après avoir admirer ce paysage Beaufortain, direction Beaufort pour y prendre un rafraichissement, la descente apporte un paysage étonnant, des petits hameaux construit çà et là suivant la route serpentée, dans un alpage verdoyant, m’étonnera toujours. Les maisons, recouvertes de lauzes ou de bois, peuvent être soit en pierre soir entièrement en bois apportent un cadre étonnant et dépaysant.

L’église de Beaufort apparait au contrebas, le temps de la pause s’impose pour prendre des forces avant le retour. Je devais rejoindre directement le nord d’Albertville mais les chemins d’écoliers sont tellement plus sympas, donc le retour se fera par Arêches et son cormet.

Le barrage de Saint Guerin, qui est un satellite du barrage de Roselend, au pied du Mont Coin, est un point de passage pour atteindre le cormet d’Areches. Une montée en mode « Enduro » est nécessaire mais nullement difficile pour passer du Beaufortain au massif de la Tarentaise. La descente vers Granier puis Aime-La-Plagne permet d’avoir un panorama sur toute la vallée Tarentaise.

BEAUFORTAIN MOTO EDF PAYSAGE SAVOIE barrage du lac de Saint Guerin

Vue du Cormet d’arêches

Pour finaliser cette journée, les Balcons de Belledonne seront mes derniers kilomètres et de contemplations sur la vallée du Grésivaudan, et clôturent ainsi les 420 kilomètres de cette envie de Beaufort.

Vivement la prochaine envie…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *