Am, Stram, Gram…

Pourquoi ce titre ?

Tout simplement parce que je ne savais pas où j’irai ce matin là. J’avais le choix entre le massif de la Chartreuse, le massif de Belledonne ou celui du Vercors. Alors au lieu de tirer à pile ou face, j’ai préféré Am Stram Gram. Qui pourrait oublier cette comptine pour enfants, qui permettait de choisir, dans un hasard tout à fait fortuit, la personne qui serait désignée coupable des faits ? J’ai souvent été tributaire de ce jeu dans ma jeunesse. Et être motard, c’est être un grand enfant : seul le prix de nos jouets change.

Am, stram, gram, Pic et pic et colégram, Bour et bour et ratatam, Am, stram, gram. Mais comme le Roi et la reine ne le veulent pas, ça sera toi !

Et je suis tombé sur Gram, donc direction le massif du Vercors, une vaste étendue dans sa partie centrale et qui, au détour d’un virage, change radicalement de décor. Un large plateau cerné de montagnes, comme si, vu de l’extérieur, on cherchait à dissimuler ce qu’il s’y passe. On peut passer de la forêt à une falaise, être sur un plateau et d’un seul coup rouler au dessus de ravins ou encore passer de grandes courbes à de petites épingles. Le tout au milieu d’un décor de carte postale à chaque fois. Si c’était une recette de cuisine, on ne pourrait être qu’en appétit permanent.

J’ai enfin compris l’intérêt, si virulent, que mon ami Jean-Marc ne cesse d’avoir pour ce massif. C’est également un lieu chargé d’Histoire. Les maquisards du Vercors y sont pour beaucoup et les stèles, les indications historiques et autres symboles sont là pour nous rappeler les ravages de  la seconde guerre mondiale.

Venant de Grenoble, deux possibilités s’offrent à moi pour accéder à ma première destination. Alors non, je n’ai pas rejoué à Am, Stram, Gram, je vous vois venir bande de petits malins, mais j’ai juste préféré prendre Saint-Nizier-du-Moucherotte pour m’extirper au plus vite de la pollution et des embouteillages. Le panorama sur la capitale des Alpes offre l’avantage de contempler à la fois l’architecture de Grenoble, la vue sur le massif de la Chartreuse et le téléphérique de la Bastille. On peut apercevoir également le massif de Belledonne avec la station de ski de Chamrousse et la vallée du Grésivaudan au milieu.

L’architecture de Grenoble a beaucoup évolué dans les années 1960, pour les jeux Olympiques de 1968 afin d’y loger les athlètes. Malheureusement , cette ville reste enclavée entre les montagnes sans grande possibilité d’extension. De plus, son réseau routier est saturé, faisant que le nuage qui y flotte n’est pas d’origine météorologique mais bien humaine. Et comme on ne peut pas déplacer les montagnes, moi je vais vers elles pour respirer. Direction Saint-Nizier-du-Moucherotte, qui est connu pour son tremplin olympique, qui est devenu comme Olympie (une ruine), mais qui se trouve au pied de trois aiguilles rocheuses, les trois Pucelles. Première étape permettant d’accéder au plateau de Lans-en-Vercors.

grenoble montagne soleil levant moto
Il est 9h00, Grenoble se léve

Le contraste est véritablement saisissant, on passe de la ville à la campagne, des tumultes à la douceur de vivre, du gris au vert : l’effet est vraiment grisant. La route parallèle menant à Villars-de-Lans est champêtre, permettant de voir que les fermes ont fait le plein de foin pour l’hivernage des bêtes, que les installations pour l’hiver se préparent, mais permet surtout de vivre local. À l’entrée de Ville Vieille, je me retrouve au beau milieu de vaches, qui meuglent de plaisir en se grattant dans les bosquets adjacents. Extinction du moteur pour savourer ce moment et me retrouver étonné de voir qu’elles sont curieuses. Telles de grandes dames, elles ne font que passer tout en effleurant mes mains. Le tout avec des yeux remplis de vacheries.

vache vercors moto

vache vercors moto BMW
la vache ment bien…

Une fois la fabrique à lait passée, direction plein Est pour longer la Bourne et ses gorges. Le Vercors apporte son lot de surprises, on quitte une ville pour longer un cours d’eau, qui nous précipite dans une gorge somptueuse. Et dire que ce n’est que le début.

bourne vercors moto
Les Gorges de la Bourne

Les contreforts menant à Saint-Julien-du-Vercors montrent un panorama sur une vallée traversée par la Bourne servant de frontiére naturelle entre l’Isére et la Drome. La route traversant Saint-Julien-en Vercors, Saint-Martin-en-Vercors  et la Chapelle-en-Vercors est roulante et permet d’enrouler aisément au gré des courbes et virages.

vercors drome moto gs

vercors drome moto gs

La route empruntant le col de Carri démontre, une fois de plus, que le Vercors est varié. La forêt remplace les roches et les prés. Je ne connaissais pas encore ce col, mais il me mènera à bon port en direction du col de la Machine qui annonce un des points d’intérêt les plus connus du Vercors, tant pas sa beauté que par sa profondeur et sa renommée : le cirque de Combe Laval. Cette départementale, le D76, fut construite en 1896 par l’administration forestière et creusée dans les roches de la montagne de l’Écharasson. La profondeur du précipice est de 600 mètres au maximum, rendant cette traversée vertigineuse, magnifique, unique et pourtant si nécessaire à l’époque pour rejoindre Saint-Jean-en-Royans pour ceux qui venait du hameau de Lentes. Quel plaisir que de prendre cette route pour aller rejoindre la Drôme du coté de Valence.

combe laval moto vercors Bmw

panorama vercors moto balade
La vue panoramique du Cirque de Combe Laval

combe Laval balade moto R1200GS

combe laval moto ride and dream bmw moto

VERCORS MOTO BALADE PAYSAGE

vercorps moto drome bmw
le Cirque de Combe Laval et sa vue à couper le souffle

Une fois descendu, le terrain de jeu est nettement moins drôle, et je le surveille toujours du coin de l’œil gauche, comme si il m’appelait. C’est décidé j’y retourne l’après-midi pour confirmer mes impressions. Il vaut mieux être sûr après tout. Mais avant je vais rejoindre le « Fred », gérant le magasin Fred Motors Sport, pour grailler un bout.

Les forces sont reprises, donc direction Peyrus pour rattraper le col des Limouches. La dernière fois que je l’avais pris, la voirie avait recouvert la route de gravillons et si cela n’en suffisait pas, la même voirie était en train de tailler les arbres, ce qui avait gâché l’ascension. Prendre de la hauteur, pour apercevoir au loin les montagnes ardéchoises et la plaine drômoise devenant une vaste étendue qui nous rend bien petit dans cette immensité. Une fois ce col franchi, le paysage redevient vert, arboré, et les alpages prédominent sur tout le reste. Léoncel et son abbaye cistercienne sera l’intersection me permettant de récupérer le col de la Bataille.

ardeche moto drome balade paysage
la plaine drômoise et les montagnes de l’Ardèche à l’horizon

leoncel abbaye vercors
Léoncel et son abbaye cistercienne

le versant Sud du Vercors vu du col de la Bataille

 

le versant Nord du Vercors vu du col de la Bataille

Venant de l’ouest, à la sortie d’une portion boisée, un tunnel permet de franchir la crête de Comblezine et celle des rochers de la Sausse, qui comme une barrière invisible, offre un panorama sur les deux points cardinaux Nord et Sud de ce massif. Il avait raison mon acolyte, le Vercors est rempli de beauté, un mélange de strates, parsemé de collines, de vertigineuses falaises et le tout dans un écrin boisé. Et oui dame Nature sait nous concocter de sacrés bons petits plats.

Je reprends la direction du départ, mais le Vercors est un lieu chargé d’Histoire, surtout causé par la deuxième grande guerre. Un détour s’impose pour rejoindre Vassieux-en-Vercors permettant de passer par le mémorial de Résistance. Autant ce lieu peut être chargé en émotion par son passif avec les maquisard et l’armée Allemande mais également par la vue s’offrant à nous. Le panorama permet de voir le massif du Vercors côté isérois mais également le massif surplombant la Drome Provençale avec le célèbre col du Rousset servant de grande porte à la région Dioise, mais également, en premier plan sur Vassieux-en-Vercors, tributaire de la bêtise humaine lors de l’opération « Aktion Bettina ».

necropole Nécrople Vassieux vercors maquisard
Nécropole de la résistance de Vassieux-en Vercors

Le retour vers Grenoble se fait au plus vite, les vaches croisées le matin pour aller paturer prennent la direction des étables pour produire ce doux nectar lacté, si riche à cette région et le tout sous les rayons du soleil couchant redécorant les sommets. Ces teintes roses et orangées, si belles et si naturelles achèvent la vision que j’aurai désormais du Vercors, et cela grâce à cette balade choisie à coup de : Am, Stram, Gram.

 

2 Comments

  1. François
    19 septembre 2018
    Reply

    Très beau texte. Je ne te connaissais pas cet art de l’écriture. En tout cas, c’est une bonne idée superbement réalisée. Bravo

    • Fabien
      19 septembre 2018
      Reply

      Merci pour ton messsage. Mais en ce qui concerne la formation des phrases, Sophie y est pour beaucoup. A très vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *